Biennale de la Peinture 2016 Yoknapatawpha

.

.

Patrie ou terre inconnue : source d’inspiration pour la Biennale de la Peinture

  Yoknapatawpha, du 26 juin au 25 septembre 2016

 .

À l’occasion de la Biennale de la Peinture 2016, trois musées d’art de la région de la Lys en Flandre orientale organisent ensemble une exposition cristallisée sur l’opposition entre, d’une part, l’attrait de l’inconnu et de l’exotisme et, d’autre part, la certitude qu’offre l’environnement local. Pour la cinquième fois, le musée Roger Raveel, le musée Dhondt-Dhaenens (MDD) et le musée de Deinze et du pays de la Lys unissent leurs forces pour l’organisation de ce projet d’exposition commun qui associe peinture moderne et contemporaine. Les amateurs pourront donc visiter la Biennale dans ces trois musées pendant tout l’été, du 26 juin au 25 septembre inclus, et explorer, par la même occasion, la vallée de la Lys qui fut la source d’inspiration ultime d’artistes comme Roger Raveel, Albijn Van den Abeele et Gustave Van de Woestyne.

 .

 .

Yoknapatawpha
Cette édition 2016 de la Biennale de la Peinture s’est vue attribuer le sous-titre quelque peu étrange de « Yoknapatawpha ». Ce nom a été emprunté à la province fictive de « Yoknapatawpha County » imaginée par l’auteur américain William Faulkner comme décor de la plupart de ses romans (ex. : The Sound and the Fury ou encore Absolom, Absolom !). Bien qu’inventée de toutes pièces, cette société présente des similitudes frappantes avec sa région natale, Lafayette City dans le Mississippi.

   .     

« J'ai découvert que mon propre petit timbre-poste de terre natale valait la peine de l'écriture, que je ne vivrais jamais assez longtemps pour l'épuiser. » (William Faulkner)

.

La Biennale de la Peinture est organisée tous les deux ans et vise à mettre en lumière un sujet en l’abordant d’un point de vue spécifique. Les trois musées se basent donc sur leur propre collection pour la mise sur pied du projet tout en laissant la part belle à la peinture contemporaine.

.

Au musée Dhondt-Dhaenens, l’œuvre de deux artistes de la collection du musée – James Ensor et Albijn Van den Abeele – forme le point de départ d’un voyage artistique à la découverte d’une multitude d’artistes issus de différentes générations et contrées. Alors qu’Albijn Van den Abeele  a toujours sublimé son environnement familier sur ses toiles, James Ensor aspirait à un monde qui lui était étranger. Parmi les artistes contemporains exposés au MDD se trouvent notamment George Condo, Johann Nobell, Tatjana Gerhard et Liam Everett.

 .

En 2005, le musée Roger Raveel a déjà essayé de démontrer, avec son exposition « Het dorp is de wereld » (« le village est le monde »), que les artistes pouvaient créer des œuvres universelles à partir d’une situation tout à fait locale. Roger Raveel (Machelen-aan-de-Leie, 1921-2013) en était l’exemple par excellence, mais c’était aussi le cas du photographe allemand August Sander (1876-1964), avec son œuvre encyclopédique présentée dans ce même musée lors de cette exposition. À peine dix ans après le début du XXIe siècle, nous devons effectivement faire face à la mondialisation et la citation de Faulkner est devenue une source importante d’inspiration.

 .

Tout comme lors des précédentes éditions de la Biennale de la Peinture, le musée Roger Raveel préfère mettre en avant une sélection d’œuvres plutôt qu’une vue plus large d’un nombre limité d’artistes. En 2016, les amateurs pourront donc y contempler, entre autres, des œuvres d’Etel Adnan, de Stijn Ank, de Farah Attassi, de Rachel Baes, d’Antonio Berni, de Tatjana Gerhard, d’Ernest Mancoba, de Constant Permeke et de Bart Vandevijvere. Un volet séparé de l’exposition sera consacré aux œuvres d’artistes en exil pendant la Première Guerre mondiale. 

En choisissant Gustave Van de Woestyne, Émile Claus et Joe Van Rossem comme points de départ, le Musée de Deinze et du Pays de la Lys étudie quant à lui la manière dont certains événements ou situations spécifiques représentent des occasions ou des chances de se déplacer ou non, tant au sens physique que spirituel. Alors qu’une certaine situation ou évolution est l’occasion pour un artiste de se retrancher dans l’intimité de son atelier, un autre évènement peut au contraire lui offrir la possibilité d’explorer. D’autres artistes soulignent à la fois les dangers et les avantages d’une société qui évolue rapidement et rappellent les conséquences que cela peut avoir sur l’identité. Le musée approfondit cette perspective avec des œuvres notamment de Kasper Bosmans, Sanam Khatibi, Carla Klein, Lode Laperre, René Magritte et Colin Waeghe.

.

.

Informations pratiques :

 .

L’exposition aura lieu du 26 juin au 25 septembre 2016 inclus ; et jusqu’au 9 octobre 2016 au musée Roger Raveel.

Ticket combi (visite guidée incluse) : 9/12 €

 .

 .

Musée Dhondt-Dhaenens

Museumlaan 14, 9831 Deurle

www.museumdd.be

Ouvert du mardi au dimanche inclus, de 10 h à 18 h (fermé le lundi)

 .

Musée Roger Raveel

Gildestraat 2-8

9870 Machelen-Zulte

www.rogerraveelmuseum.be

Ouvert du mardi au dimanche inclus, de 11 h à 17 h (fermé le lundi)

 .

Musée de Deinze et du Pays de la Lys

L. Matthyslaan 3-5

9800 Deinze

www.museumdeinze.be

Ouvert du mardi au dimanche inclus, de 11 h à 18 h (fermé le lundi)

.